Norvège: Hurtigruten et Trondheim

0

Hurtigruten

Moyens de transport: À pieds (beaucoup), autobus, traversier (deux fois) et Hurtigruten.

Petite escale à Urke pour profiter du paysage.

Une navette nous transportait jusqu’à la côte. Petite escale à Urke pour profiter du paysage.

L’express côtier Hurtigruten est aussi une expérience intéressante à vivre en Norvège. La flotte de navires longe la côte de port en port de Bergen à Kirkenes. La bateau quitte Bergen en soirée et se rend jusqu’au nord du pays en un peu moins de 8 jours. Pour notre part, nous arrêtions notre voyage à Trondheim: nous avons donc passé deux nuits sur le bateau (le nôtre était le MS Vesterålen). Si le pont du bateau nous permet d’apprécier le paysage à toute heure du jour, nous avons aussi beaucoup apprécié notre escale à Urke: petit village au fond d’un fjord où se juchent tout autour de nombreuses et impressionnantes montages.

Petite escale à Urke pour profiter du paysage.

Petite escale à Urke pour profiter du paysage.

En cours de route, nous avons aussi pu faire escale à Ålesund quelques heures. La ville possède une esthétique bien à elle. Les marches menant au point de vue sur la ville étant en réparation, nous nous sommes contentés de parcourir les rues. Je n’étais pas trop triste: soignant une fin de rhume, la perspective de devoir monter 418 marches ne me réjouissait pas beaucoup!

web_blogue_NORVEGE_138

Escale à Ålesund.

Trondheim

Moyens de transport: À pieds (beaucoup), train (de nuit) et avion (trois fois).

Un matin à Trondheim.

Un matin à Trondheim.

Dernière escale de notre périple, notre arrivée à Trondheim coïncidait avec la rentrée universitaire et certains tenaient à nous le rappeler en criant tout en transportant leurs canettes de bières vides ou en se déshabillant jusqu’au sous-vêtements en faisant mine de vouloir sauter du vieux pont (je ne suis pas resté pour vérifié s’ils l’avaient vraiment fait, cependant). Nous n’avions pas croisé autant de vie dans les rues depuis un bon moment et c’est plutôt représentatif de cette ville universitaire. Nous étions samedi aussi (le marché public prenait place au centre de la ville) et nous n’avions qu’à attendre le lendemain pour retrouver le calme des rues aux commerces presque tous fermés.

Premier lieu impressionnant de notre visite: la cathédrale de Nidaros. Maintes fois reconstruite, elle a été (et est encore) un lieu de pèlerinage important dans le monde chrétien puisque construite sur la tombe de Saint Olav. Nous y sommes restés pour un récital sur l’orgue baroque Wagner (un des cinq exemplaires dans le monde) et visiter les musées associés à l’histoire du lieu. Nous avons aussi sillonné les rues pour voir le vieux pont, l’ascenseur à cycliste, les nombreuses rues de la ville ainsi que quelques musées intéressants.

Départ: aéroport de Francfort.

Départ: aéroport de Francfort.

Après un excellent milkshake au Café Løkka, il fallait toutefois retourner vers Olso pour notre départ. Nous avons opté pour un train de nuit avec cabine et lits. Une expérience intéressante à vivre une fois dans sa vie, mais n’espérez pas être complètement reposé par ce voyage!

Norvège: Bergen, Stavanger et Preikestolen

0

Bergen

Moyens de transport: À pieds (beaucoup), train, train léger, autobus et funiculaire.

Bryggen, Bergen.

Bryggen, Bergen.

Autre ville norvégienne incontournable: Bergen. Malgré sa réputation de ville pluvieuse, nous avons eu droit à beaucoup de soleil entre les averses, surtout lorsque nous nous sommes aventurés sur le mont Fløyen à l’aide du funiculaire. Nous avons alors croisé deux allemands, mais surtout un gentil monsieur norvégien qui tenait à nous servir de guide au travers de la montage. Plusieurs anecdotes historiques et détails sur la flore locale plus tard, nous retournions à Bergen et à son port, son marché de poissons (Fisketorget) et ses bâtiments historiques.

La dernière journée, nous nous sommes offerts un bon repas au restaurant Pingvinen (pingouin) qui offre un menu traditionnel, mais à sa façon. J’ai mangé une sorte de mijoté d’agneau accompagné de brown ale d’une brasserie norvégienne.

Stavanger

Moyens de transport: À pieds (beaucoup), autobus voyageur et traversier (deux fois).

L'un des traversiers sur la route entre Bergen et Stavanger.

L’un des traversiers sur la route entre Bergen et Stavanger.

Si vous croyez qu’un voyage au autobus voyageur est désagréable, tentez l’expérience entre Bergen et Stavanger! Avec ses paysages incroyables et ses deux traversiers, la route de plus de cinq heures est une expérience en soi et paraît bien moins longue! Stavanger était à notre itinéraire afin de servir de point de départ vers le rocher de la chaire (Preikestolen). Nous avons toutefois découvert une ville avec beaucoup à offrir en musées sur l’histoire et l’archéologie (la région étant riche en histoire).

Nous logions au Stavanger Bed & Breakfast: un excellent choix pour qui aime les gaufres servies à 21h et la possibilité de se faire préparer quelques sandwichs le lendemain pour un coût raisonnable.

Preikestolen

Moyens de transport: À pieds (beaucoup), autobus et traversier (deux fois).

Le célèbre rocher de la chaire (Preikestolen).

Le célèbre rocher de la chaire (Preikestolen).

C’est l’un des endroits les plus visités en Norvège et ce n’est pas pour rien! Les photos ne rendent nullement à quel point ce lieu est impressionnant. Ces endroits, on les imagine dans nos têtes et il est toujours surprenant de se retrouver bouche-bée devant tant de beauté lorsque nos attentes sont largement dépassées.

Après la marche de 3,8 km avec montée, nous sommes restés quelques temps au bout du parcours pour apprécier le paysage, mais aussi parce que nous étions fascinés par les différentes poses que prenaient les visiteurs en «bravant le rocher» assis au bord de la falaise de 604 mètres de hauteur. Je vous en ai fait un petit vidéo (pardon pour la caméra qui bouge en cours de route: je n’avais pas de trépied).

Norvège: Oslo, Flåmsbana et Nærøyfjord

0
Après une longue attente: le départ!

Après une longue attente: le départ!

 Oslo

Moyens de transport: À pieds (beaucoup), avion (trois fois), train, autobus, tramway, traversier et métro.

Après une longue attente sur les abords de la piste de décollage alors que l’on attendait impatiemment que Toronto se décide à ouvrir ses pistes, nous sommes finalement arrivés à Oslo juste à temps pour la fête de ma soeur Gabrielle qui y demeure avec son copain Mads. Nos bagages, après une correspondance ratée (encore Toronto) se sont retrouvés à bon port... un jour plus tard!

Peu importe, nous avons fait très bon séjour grâce à l’hospitalité de Gabrielle et Mads. Oslo est une ville en plein changement: de nombreuses grues signalent les chantiers (surtout près du port) où l’on ne craint pas d’innover. Le nouvel édifice de l’opéra en est un bon exemple avec son architecture réfléchie et audacieuse (rappelant un glacier) et son énorme coût de construction.

Premier constat par contre: la Norvège, c’est dispendieux! Nous le savions déjà, mais chaque repas nous le rappelle avec la réponse à la question «Ça fait combien en dollars canadiens, ça?», suivi d’une réponse qui surprend toujours! Il y a toutefois beaucoup à voir sans trop dépenser (si on a notre passe pour le transport en commun) comme le parc du sculpteur Gustav Vigeland (troublant parfois, mais impressionnant dans son exécution), le terrain du palais royal ou simplement une balade au centre-ville.

Vers Bergen

Moyens de transport: À pieds (beaucoup), tramway, train (deux fois), Flåmsbana, bateau et autobus voyageur.

Un paysage du Nærøyfjord.

Un paysage du Nærøyfjord.

Après Oslo, nous avons acheté des billets avec Norway in a Nutshell pour traverser le pays vers Bergen en passant par le Flåmsbana, un vieux train reliant Myrdal et Flåm dans un dénivelé impressionnant de 865 métres, ainsi qu’une balade en bateau entre Flåm et Gudvangen en passant par l’étroit Nærøyfjord. Il est impressionnant de traverser la Norvège par son centre: on s’élève au dessus du niveau de la mer et le paysage change pour laisser place à l’aridité et aux glaciers. Si la température n’était pas trop clémente lors du passage dans le Nærøyfjord, le paysage en valait toutefois le coup d’oeil!

Ce passage par Flåm nous aura aussi permis de goûter aux bières de la micro-brasserie Ægir et admirer son bâtiment rappelant les églises typiques en bois debout.

Halifax (jour 1)

2

Dans l'avion. Convention PPOC, Halifax, 2012 (© Sebastien Lavallee)

Je n’ai jamais vraiment aimé les avions. Ils sont un «mal nécessaire», cependant, pour éviter de longues heures de routes. Ce que j’aime par contre, c’est le déplacement: en tant que photographe, se retrouver entre la curiosité d’en apprendre plus sur les gens autour de nous et le petit plaisir de ne pas savoir et de tenter de deviner me distrait assez en vol pour oublier… que je n’aime pas l’avion! Continue reading

«Est-ce qu’il y a un médecin dans l’avion?!?»

4

Je ne pensais jamais entendre cette phrase dans un avion et pourtant, oui: un homme a fait une chute de pression entre Montréal et Amsterdam. Plus de peur que de mal, après un bon repos tout était de retour à la normale.

Après un passage par Berlin, me voici maintenant à Dresde pour quelques jours (toujours dans le cadre de la SPECQUE 2009).

Voici quelques photos de mon voyage d’aller, la suite un autre jour: je manque cruellement de temps pour le moment!

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)