Le parcours d’une vie

0

Les passionnés de la photo: Guy Bélisle (hors-série)

Par Sébastien Lavallée

Guy Bélisle - Photo: Sébastien Lavallée (© Infocale.ca)

C’est avec modestie et une petite touche de fébrilité que Guy Bélisle parle de son parcours photographique. C’est avec un sentiment d’accomplissement, par contre, qu’il discute de son livre Flash et Mégapixels: «À la retraite, il y a des gens qui se paient des voitures ou des motos, mais moi j’ai décidé de me payer un livre photo.»

Celui qui a étudié en photo sans jamais y travailler professionnellement pourrait être décrit comme un vrai amateur: celui qui manipule l’art photographique pour le simple plaisir de la chose, toute une vie durant.

Le parcours photographique que retrace ce livre pourrait donner beaucoup à penser aux photographes professionnels aguéris: n’utilisant maintenant que des appareils numériques compacts, M. Bélisle nous rappelle qu’avant de vivre de son art il faut commencer par vivre notre art, l’installer dans notre quotidien. Ici, il n’est pas question de style ou de gadgets, mais de la simple relation entre un homme et sa vie par l’intermédiaire de la photographie.

Pourquoi s’offrir ce cadeau de retraite? À ce sujet, le photographe cite son ami Jean-Yves Guidon, qui signe aussi la présentation du livre: «Les gens qui font de belles choses doivent les partager. À les garder sous son lit, il est impossible d’aller plus loin.» Par son travail, M. Bélisle a eu la chance de voyager en Europe et de côtoyer des personnalités des quatre coins du monde, résultant en une grande ouverture sur le monde.

Appareil toujours en poche, il aime s’approcher le plus possible de ses sujets. Si le résultat a toujours plu à ses proches et amis, il n’avait cependant jamais pensé en faire un produit: «C’est un produit personnel plus que vendable. Moi, je suis allé au bout de mon projet.»

Des cent premières copies, soixante-quinze ont été remises à des personnes ayant influencé le photographe dans son parcours de vie. Cet album, pour lui, est un legs, la trace d’un parcours de vie, qu’il désire avant tout partager avec famille, amis et toutes les personnes croisées en cours de route.

Luminosité divine - Guy Bélisle

Luminosité divine - Guy Bélisle

Encre de Chine - Guy Bélisle

Encre de Chine - Guy Bélisle

Il est enfin là - Guy Bélisle

Il est enfin là - Guy Bélisle

Trampoline - Guy Bélisle

Trampoline - Guy Bélisle

La fin de la photographie à sens unique

2

La fin de la photographie à sens unique

Par Sébastien Lavallée

Sens unique. Photo: Sébastien Lavallée (© Infocale - Sébastien Lavallée)

La photographie, ce n’est un secret pour personne, vit depuis plusieurs années une période de changement, d’adaptation, de transition: nommez cela comme vous le voulez. Cependant, n’allez pas croire ceux qui vous diront que vous ne trouverez que du négatif dans le changement (sans mauvais jeu de mots).
Continue reading

Le fluo de demain

4

Le fluo de demain

Par Sébastien Lavallée

«Les modes passent, le style est éternel. La mode est futile, le style pas.»

- Yves Saint Laurent

Je suis né dans les années 1980. J’étais trop jeune pour me souvenir de tout, mais je me souviens clairement de mon habit de neige fluo (du jaune, beaucoup de jaune, et du bleu) et de mon couple tuque/mitaines assorties. Je m’en souviens, mes photos me le rappellent, mais quelle insulte au bon goût devant mon oeil de 2011!  Continue reading

L’architecture des corps

3

L’architecture des corps

Les passionnés de la photo: Benjamin Madison (hors-série)

Par Sébastien Lavallée

Benjamin Madison, Vieux-Hull, Mars 2011 (© Infocale - Sébastien Lavallée, 2011)

Benjamin Madison (Photo: Sébastien Lavallée)

Benjamin Madison est très ancré dans sa région: inspiré par les photographes du coin et très reconnaissant des contacts qu’il a accumulés dans le milieu qui l’aident au fil des défis, il ne se considère pas comme un photographe technique. Rencontré dans un bar du Vieux-Hull, le photographe nous parle un peu de sa démarche artistique.
Continue reading

La fausse surprise

2

La fausse surprise

Par Sébastien Lavallée

Hasselblad 500 ELM sur un trépied, vu d'en haut. (© Infocale - Sébastien Lavallée, 2011)

Photo: Sébastien Lavallée

Personnellement, je n’ai jamais travaillé professionnellement avec un appareil argentique. J’ai appris en développant moi-même mes rouleaux de noir et blanc (et je le fais d’ailleurs toujours), mais je n’ai jamais utilisé autre chose que le numérique dans le cadre de mon travail. Continue reading

Pour un retour de la naïveté

0

Pour un retour de la naïveté

Par Sébastien Lavallée

Il est beaucoup question d’argent lorsque l’on traite le sujet de la photographie. Beaucoup trop. Certains croient que les coûts d’exploitation d’une entreprise dans le domaine photographique ne dépasse pas le coût du matériel à acheter, d’autres comprennent mal, en faisant le calcul, qu’un photographe ait un «salaire horaire» aussi astronomique. Pourtant, la réalité est loin d’être aussi simple.

Du point de vue du photographe

Je ne suis pas prêt à dire que cela vient d’une démocratisation de l’image: n’est pas photographe qui s’achète un appareil photo. Par contre, la valeur du produit photographique en a visiblement souffert lorsque l’on constate la réaction des gens face à des factures de contrats commerciaux. Dans cet article, c’est surtout les commentaires qui me font sursauter, pas la facture elle-même: si Paul Couvrette peut «vendre» ses services à ce prix, c’est qu’il a des raisons pour le justifier: le montant total n’explique pas tout par lui-même.

Dans les commentaires, à part des «payeurs de taxes» mécontents, on retrouve aussi de ces personnes qui croient que tout ce que cela prend pour faire une photo de ce type c’est… un appareil. C’est l’équivalent que de dire que tout ce que ça prend pour être architecte, c’est un crayon, ou des mains pour être pianiste. Le photographe possède une renommée, un style et des possibilités techniques qui lui sont propres. Ces particularités sont prisent en considération lors de l’élaboration de la charte des coûts (en plus des dépenses du photographe en assistant, matériaux, etc.)

Il est normal, pour des citoyens, d’avoir accès et de critiquer les dépenses d’un gouvernement. C’est une question de transparence et de respect de ses électeurs de rendre publiques ces dépenses, aussi. Par contre, on ne peut juger des frais d’un photographe sans en avoir décortiqué les différentes facettes de la facture.

De tout, pour tout le monde

Pour voir le problème d’un autre angle, j’aimerais mentionner un fait soulevé par mon collègue Claude sur son blogue personnel: les budgets sont variables et les photographes pour correspondre à ces budgets existent. La même photo, prise pour votre oncle ou prise pour une multi-nationale, n’aura pas la même valeur. Un photographe sait s’ajuster en fonction de ces facteurs, mais sait aussi que si une grande compagnie ou une personnalité importante l’approche pour des services photographiques, c’est qu’il doit avoir cette valeur, cette renommée que les autres n’ont pas.

En gardant cette idée en tête, il ne faut pas s’étonner que certains photographes gagnent plus d’argent: ils ont beaucoup plus d’expérience pour justifier ce salaire. Il faut plutôt trouver la bonne chaussure à son pied, le photographe qui concordera à votre prix ET à vos besoins. La demande sera toujours plus forte que l’offre, de toute façon.

… et la naïveté?

J’y arrive!

En fait, c’est le mot le plus juste que j’ai pu trouver pour exprimer ce désir qu’ont certains photographes d’être au service de leurs images. Ce qui fait qu’un photojournaliste recherchera l’image qui changera le monde, que le portraitiste recherchera à capter l’âme d’une personne en photo ou que le photographe de nature recherchera la meilleure lumière pour un endroit spécifique, quitte à y attendre des heures.

J’aimerais voir plus de cette attitude particulière, que les photographes de métier ne se voient plus comme des hommes d’affaires avec un appareil photo (même si c’est un aspect indéniable de leur travail). J’aimerais voir plus de ces Chase Jarvis ou de ces Jocelyn Michel (et bien d’autres), qui travaillent beaucoup, mais ne perdent jamais de vue la raison pour laquelle ils font ce qu’ils font et qui cherchent toujours à innover et à multiplier les projets personnels, qui carburent à la créativité.

Par dessus tout, j’aimerais que l’on retrouve cette naïveté de croire que tout n’a pas encore été fait et que ce que l’on réalise n’aurait pas pu être créé par un autre que nous.

Le Lab: Hors des sentiers battus

4

Le Lab: Hors des sentiers battus

Par Sébastien Lavallée

Lorsque l’on entend le mot «photojournalisme», on pense tout de suite au Nachtwey, Capa, Saldago et autres grands maîtres de l’image nous rapportant un morceau de quotidien d’un pays plus ou moins lointain. Je crois sincèrement, par contre, qu’il ne faut pas perdre de vue les «histoires» qui se déroulent devant nos yeux, dans notre propre ville, notre propre quartier. C’est l’approche que j’aime bien prendre: ancrer mon quotidien dans les enjeux d’aujourd’hui.


Voici donc un extrait de l’un de mes projets: un photoreportage sur un lieu de création particulier lié au Centre d’intervention et de prévention en toxicomanie de l’Outaouais (CIPTO), accompagné d’un court article sur sa coordonatrice, Mylène Piché: Le Lab.
Continue reading

2011

1

Rétrospective: Année 2010

Joyeuses Fêtes 2010 (© Sébastien Lavallée, 2010)

Une très belle année se termine! Ma première où j’ai pu laisser de côté mon emploi à temps très partiel (une journée par semaine) pour me concentrer uniquement sur la photographie.

Continue reading

Gaffiti

2

Portrait: Gaffiteurs

Gaffiteur, Vieux-Hull, Gatineau (© Sébastien Lavallée, 2010)

(© Sébastien Lavallée, 2010)

J’ai réalisé, il y a quelques semaines, des photos de jeunes graffiteurs réalisant une murale au coin des rues Victoria et Kent dans le centre-ville de Gatineau (Hull). Le »lancement» de l’oeuvre finalisée ayant eut lieu aujourd’hui, je peux maintenant vous montrer les images (qui ont été utilisées comme cadeau aux artistes). Je voulais sortir des sentiers battus un peu, ne pas montrer la même image que ‘on voit toujours de ces artistes. Voici les série de portraits des quatre jeunes. Continue reading

Le marché de la photo est mort

3

Le marché de la photo est mort

Par Sébastien Lavallée

 

La photographie se démocratise-t-elle vraiment?

Le marché de la photo est mort… du moins c’est ce que certains tenteront de vous faire croire. Si vous vous retrouvez à lire ces lignes c’est que, quelque part, vous y croyez aussi. Vous avez certainement déjà croisé l’un de ces petits dessins animés automatisés (vous n’avez qu’à ajouter le texte et le logiciel vous monte le tout en un tour de main). Ils sont bien gentils, parfois drôles, mais à qui s’adressent-ils?

Continue reading

Lumière d’automne

3

Portrait: Alison et Tom

Alison et Tom, Orléans, Ontario, Novembre 2010 (© Sébastien Lavallée, 2010)

Alison et Tom (© Sébastien Lavallée, 2010)

J’aime l’automne. Beaucoup. Bien souvent, il fait juste assez chaud pour rester en chemise pendant quelques minutes à l’extérieur sans problème et la lumière est parfaite au moment idéal: personne ne peut se placer en plein soleil à 15 h 30 lorsque l’été bat son plein, mais en automne c’est possible puisque le soleil est juste assez bas.

Une première pour moi: une session de photo dans un champ de maïs. Merci à Alison et Tom qui ont bien voulu avoir les deux pieds dans la boue avec moi pendant un peu plus d’une heure!

Continue reading

À manger, s’il-vous-plaît!

1

À manger, s’il-vous-plaît!

Par Sébastien Lavallée

Ma théorie est qu’en principe, toute bonne chanson doit parler de la température, mentionner les noms des villes et des rues et quelque chose à bouffer, dit Waits. Tu ne peux pas mettre des gens dans tes chansons et ne pas leur donner à bouffer! Tu es en train de créer un univers et tu invites les gens à l’explorer, alors tu dois leur donner quelque chose à faire une fois rendus.

- Tom Waits ( Le rat des champs, une entrevue accordée à Melora Koepke pour le Voir, 7 octobre 2004)

 

Assiette, couteau, fourchette (© Infocale, 2010)

J’ai parlé de technique et de créativité déjà, ça, c’est fait! Par contre, j’ai omis un autre aspect tout aussi important, mais beaucoup plus difficile à cerner. Il s’agit du sujet photographié lui-même, ce qui se déroule devant les yeux de celui qui regarde le fruit de votre travail. Personnellement, la citation que j’ai ajoutée au début de cet article, provenant du musicien bien connu Tom Waits, me revient souvent en tête lorsque je fais de la photographie, que ce soit un shooting «créatif» ou la couverture d’un événement: les gens doivent avoir quelque chose à se mettre sous la dent!

Continue reading

BURN.01 – Inspiration

3

BURN.01

Inspiration

Par Sébastien Lavallée

 

BURN.01 (© Infocale.ca)

BURN.01

Je suis un habitué du web magazine burn depuis plus d’un an (le projet a vu le jour il y a presque deux ans) et je n’ai pas pu résister à la tentation de me procurer leur premier recueil papier : BURN.01. D’une part, l’ouvrage regroupe bon nombre des travaux de photographes émergents, sous les conseils du photographe de Magnum David Alan Harvey, mais aussi des reportages photos de photographes bien établis (l’excellent et touchant travail de James Nachtwey sur les ravages des formes les plus dévastatrices de tuberculose : Struggle to live – the fight against TB). Continue reading

L’art des autres

8

Portrait: Isabelle Gauvreau

Isabelle Gauvreau, artiste, Gatineau, Octobre 2010 (© Sébastien Lavallée, 2010)

Isabelle Gauvreau (© Sébastien Lavallée, 2010)

J’ai appris à connaître Isabelle Gauvreau (et son art) au fil des derniers mois puisque j’ai eu le mandat de faire des photos de ses œuvres pour le catalogue de sa nouvelle exposition à la Gallery 3 d’Ottawa (jusqu’au 10 novembre 2010) et sa documentation personnelle. J’ai quand même pris le temps de réaliser une petite série de portraits, question de laissez aller un peu de créativité ! Continue reading

Technique : une frontière à la créativité ?

1

Technique : une frontière à la créativité ?

Par Sébastien Lavallée

 

Dans la tempête... Photo : Sébastien Lavallée

Dans la tempête... Photo : Sébastien Lavallée

Posez la question à un photographe : «Comment photographier telle situation?» La réponse, aussi surprenante que cela puisse paraître, sera bien souvent: «Ça dépend.» Sans vouloir insinuer que les règles sont faites pour être brisées, comme on l’entend bien souvent, je trouve parfois triste que la technique soit LA frontière brimant la créativité. *

Continue reading

Karkwa au Métropolis (Montréal)

3

Karkwa au Métropolis (Montréal)

Par Sébastien Lavallée

 

Louis-Jean Cormier du groupe Karkwa, Métropolis, Montréal, 30 septembre 2010 (© Infocale - Sébastien Lavallée, 2010)

Louis-Jean Cormier du groupe Karkwa

La foule était au rendez-vous jeudi le 30 septembre dernier au Métropolis de Montréal alors que les récipiendaires du prix Polaris 2010, Karkwa, nous offraient un spectacle énergique et généreux dans le cadre de Pop Montréal. Avec nul autre que Leif Vollebekk en première partie (une des mes belles découvertes de la dernière année), l’expérience ne pouvait qu’être mémorable. Les membres du groupe ont une façon bien à eux d’adapter les chansons pour des performances scéniques qui, doublé d’éclairages incroyables, permet une nouvelle perception de leur travail. Continue reading

Rappel en plein centre-ville

0

Événement: Zone de Chute 2010

Zone de Chute 2010, Rue Sparks, Ottawa, Septembre 2010 (© Sébastien Lavallée, 2010)

(© Sébastien Lavallée, 2010)

Ça m’intriguait, je suis donc allé voir: toute la journée, des volontaires ont descendu en rappel la façade nord de l’hôtel Delta à Ottawa (donnant sur la rue Sparks), question de jouer aux super-héros. Avant d’exécuter leur prouesse, les participants recueillaient des dons qu’ils ont remis à l’organisme Timbres de Pâques qui vient en aide aux enfants handicapés. Continue reading

Photographie urbaine : Trucs et conseils

1

Photographie urbaine : Trucs et conseils

Par Sébastien Lavallée

 

Rue de New York, Photographie Urbaine, Quotidien, Janvier 2010 (© Sébastien Lavallée, 2010)

Rue de New York

En guise de suite à mon article Je vous complimente : souriez !, j’ai pensé vous offrir quelques uns de mes petits trucs afin de réaliser des photographies en pleine ville : comment être prêt pour capter LE moment tant recherché. Cet article est aussi une référence pour les personnes qui ont assisté à ma petite conférence vendredi dernier au Club de photo polarisé. Continue reading

Guide de survie: Premières années comme photographe professionnel

2

Guide de survie: Premières années d’un photographe professionnel

Par Sébastien Lavallée

Marathon d'Ottawa, Photographe en action, Ottawa (© Sébastien Lavallée, 2010)

Photo par Sébastien Lavallée photographe.

Peu importe l’entreprise, les premières années sont toujours les plus difficiles. Dans le cas de la photographie, le statut particulier de travailleur autonome peut rendre la situation encore plus insoutenable si vous ne développez pas les bons réflexes, la bonne attitude. Voici une courte liste de trucs qui m’ont aidé et m’aident encore aujourd’hui.

Équipement

«Il faut dépenser de l’argent pour faire de l’argent.» Vous avez certainement déjà croisé cette phrase au moins une fois dans votre vie. Elle est vraie, mais il faut ajouter: «… sans dépenser plus que ce que l’on peut dépenser !» Je le nierai pas, un bon appareil photo et de bons objectifs de qualité professionnelle vous rendront la vie plus facile, mais, surtout, survivront aux nombreux abus de la photographie quotidienne. Il vous faut être prêt à travailler dans n’importe quelles conditions.

Par contre, procurez-vous seulement ce dont vous avez vraiment besoin et en fonction de vos revenus ! Quand j’ai débuté comme professionnel, il y a presque deux ans, je m’étais fixé comme but d’investir dans mon matériel en fonction des contrats que je dénichais. La facture peut gonfler très rapidement, il faut donc trouver un juste milieu ! Si je voyais que je pouvais facilement rentabiliser une pièce d’équipement en peu de temps (sans me priver de nourriture, on s’entend), elle trouvait son chemin dans mon sac photo.

Les photographes sont vos amis

Vous craignez chaque personne avec un appareil photo se trouvant dans vos parages, surtout lorsqu’il s’agit de professionnels ? Changez de métier: il n’y a pas de concurrence directe entre les photographe puisque chacun à son style, sa façon de travailler et même ses propres méthodes de facturation ! Trouvez ce qui vous défini et sachez l’expliquer. Vous pourrez ensuite aller prendre un café en compagnie d’un collègue avec l’esprit tranquille ! En plus, c’est parfois utile lorsque vous devez emprunter de l’équipement que vous ne possédez pas pour LE contrat qui le nécessite !

Dans le même ordre d’idée, dénigrer le travail d’un collègue lors d’une discussion avec un potentiel client ne vous aidera jamais ! Pensez-y: vous passez plusieurs minutes, avec un client, à parler de… quelqu’un d’autre ! Contre-productif vous dites ?!? Parlez plutôt de VOTRE approche et laissez au client la joie de découvrir si cette vision correspond à la sienne. Ne craignez d’ailleurs pas un refus (ou même de dire «non» à un contrat): iriez-vous dans un restaurant si vous n’aimez pas son type de nourriture? Il en va de même pour la photographie !

Pas de panique !

Voici un fait: vous ne serez pas riche du jour au lendemain avec la photo. Cela semble une évidence, mais certains pourraient croire le contraire. Bâtir une clientèle, établir son style et son approche, cela prend du temps… beaucoup de temps ! Si, après deux années, vous notez une augmentation de vos revenus et que vous avez établi une relation d’affaires (plusieurs contrats) avec différents clients: vous êtes sur une bonne voie ! Ces premières années seront les plus difficiles, surtout financièrement, mais le résultat sera au rendez-vous dans les années qui suivront !

Au sujet de la panique, aussi, il est primordial d’être bien organisé. Si vous commencez à un contrat par semaine ou une fois de temps en temps, cela peut sembler inutile, mais lorsque la demande augmentera, avoir un bon système d’organisation est primordial. Vous devez développer des méthodes de travail pour chaque étape, de la demande d’informations à la livraison/facturation en passant par l’édition des images.

Disponibilité

Le conseil le plus important que l’on m’ait donné dans ma courte carrière a été celui-ci: «Il faut se rendre disponible !» Ensuite, c’est à vous de jugez si vous pouvez ou non garder un emploi à temps partiel en plus de vos activités photographiques: est-ce que votre type de photo demande une disponibilité totale ou est-ce que les assignations apparaissent à la dernière minute? Dans ce cas, un autre emploi duquel vous ne pourrez vous absenter à quelques heures d’avis n’est pas une bonne idée.

Si les deux aspects de votre vie professionnelle sont compatibles, il est alors possible pour vous d’opter pour cette solution. Il serait même suggérer de varier vos sources de revenus au moins pour la première année, un emploi à temps partiel pourrait alors être tout désigné.

Ne pas perdre de vue l’évidence…

Le dernier conseil est probablement le plus important: faites de la photo, tout les jours si possible ! De cette façon, vous sortez de votre routine (et de chez vous) en gardant la forme photographiquement. Il n’y a rien de pire, lorsque l’on est photographe, de se retrouver, plusieurs jours de suite, à fixer un ordinateur. Initier des projets personnels, des idées qui pourront être misent de côté à la première opportunité professionnelle. Tenez-vous occupé, c’est bon pour votre moral et la qualité de vos images y gagnera par la même occasion !

Ces trucs n’en sont que quelques-uns parmi tant d’autres. Et vous, qu’avez-vous appris lors de vos premières années comme photographe professionnel?

MediaCamp et Atelier Photo

5

Événement: MediaCamp

Bruno Guglielminetti, MediaCamp, UQAM, Montréal, Septembre 2010 (© Sébastien Lavallée, 2010)

Bruno Guglielminetti (© Sébastien Lavallée, 2010)

C’était la première édition du MediaCamp, un jour avant le début du PodCamp Montréal (auquel je ne pouvais malheureusement pas assister… mais les conférences sont disponibles en ligne). Organisé par mon ami Mathieu Lavallée (aucun lien de parenté, en passant), Laurent Maissonave, Sylvain Carle et Bruno Guglielminetti, le MediaCamp proposa de belles discussions sur les nouveaux médias vs les médias «traditionnels», mais aussi sur les réseaux sociaux. Le tout sur le modèle de l’anti-conférence: une courte conférence de 15-20 minutes suivie d’une discussion où chacun participe. Cela peut être très intéressant et peut même parfois dévier le sujet complètement (on ne semblait pas tenté par le sujet de la déontologie, mais la discussion fut tout de même très intéressante). Une belle expérience, j’espère que le concept reviendra pour une deuxième édition ! Continue reading

Chasse et atelier

2

Événement: Projet «Chasse»

«Faire lever» l'oiseau, Plumes et Visou 2010, Danford Lake, Août 2010 (© Sébastien Lavallée, 2010)

«Faire lever» l’oiseau. (© Sébastien Lavallée)

Dans le cadre de mon projet sur les chasseurs, je me suis rendu samedi dernier à la première édition de l’événement Plumes et Visou. Vous pouvez d’ailleurs jeter un coup d’oeil à mon reportage photo sur Infocale. Je suis d’ailleurs toujours à la recherche de chasseurs coopératifs pour continuer le projet cet automne: n’hésitez pas à leur transmettre un lien vers mon site si vous en connaissez ! C’est toujours bon pour moi de devoir rester assis, silencieux, pendant plusieurs heures ! :-) Continue reading

Reportage photo – Plumes et Visou: le chasseur et son chien

3

Reportage photo

Plumes et Visou: le chasseur et son chien

Par Sébastien Lavallée

Gaston et son chien Hubert, Plumes et Visou, Danford Lake, Août 2010 (© Sébastien Lavallée, 2010)

(© Sébastien Lavallée)

Samedi le 21 août dernier avait lieu, à Danford Lake, la toute première édition de Plumes et Visou. Visant à amasser des fonds servant à la protection du dindon sauvage dans la région de l’Outaouais, cet événement est une initiative de l’organisme à but non lucratif National Wild Turkey Federation (NWTF). À l’horaire de la journée : un parcours de tir avec dix stations (sporting clay), du skeet, du tir de trap avec les conseils d’un expert et aussi une chasse organisée de colins de virginie avec l’assistance de chiens de chasse et de leur maîtres. Continue reading

Ce qui me tient occupé…

4

Absence sur le blogue

Oui, je sais: cela fait TRÈS longtemps (plus de deux semaines, pour être précis) que je n’ai rien partagé sur cette page… mais j’ai de très bonnes excuses ! Premièrement, j’ai entamé plusieurs projets de reportages photo qui me demanderont beaucoup de mon temps dans les prochaines semaines. Je ne vous en parlerai pas des détails tout de suite, mais voici une image captée lors du tournoi de balle-molle du Dépanneur Sylvestre en attendant ! Continue reading

Jeux du Québec (suite)

0

Événement: Jeux du Québec (suite)

Natation, Centre Sportif de Gatineau, Jeux du Québec 2010 (© Sébastien Lavallée - Infocale, 2010)

(© Sébastien Lavallée - Infocale, 2010)

Je ne vous ai pas oublié, mais j’ai eu très peu de temps pour moi dans la dernière semaine. J’ai utilisé le temps libre que j’avais pour alimenter en images Infocale. Je vous invite d’ailleurs à aller jeter un coup d’oeil à la série d’articles que j’ai écris sur le sujet (d’autres à venir). Continue reading

Jeux du Québec – 15 secondes de gloire

2

Jeux du Québec

15 secondes de gloire

Par Sébastien Lavallée

Premier article de ma série sur la finale des Jeux du Québec 2010 se déroulant à Gatineau. Il y en aura plusieurs autres, au fil des jours, ici même sur infocale.ca. À suivre !

 

Un jeune homme qui désire son 15 secondes de gloire se positionne entre mon objectif et mon sujet, Maire de gatineau, Marc Bureau, Jeux du Québec 2010 (© Sébastien Lavallée - Infocale, 2010)

(© Sébastien Lavallée - Infocale, 2010)

On ne contrôle pas toujours tout. Ce jeune homme m’a interpelé plus tôt dans la soirée en me disant: «Voilà, je suis arrivé et je suis prêt pour les photos !» Le voici donc ton 15 secondes de gloire ! :-) Quand même, la photo était vraiment bien avant l’arrivée de cet intrus… les «risques» du métier il faut croire ! La photo a été prise lors du souper d’accueil des missionnaires, au bar des jeux derrière le Heritage College.

Jeux du Québec

5

Événement: Jeux du Québec 2010

Finale des Jeux du Québec 2010, Photographe (© Sébastien Lavallée, 2010)

(© Sébastien Lavallée, 2010)

Ce n’est plus un secret pour personne: la finale des Jeux du Québec 2010 a lieu à Gatineau. Si le tout ne commence officiellement que dans deux jours, ça commence, tranquillement, pour moi dès ce soir. J’y serai pour deux raisons: pour la Ville de Gatineau, mais aussi pour vous en faire profiter sur infocale.ca ! J’y ajouterai du contenu au fur et à mesure ! En attendant, vous pouvez toujours vous amuser à mes dépens en riant de ma sublime photo sur mon accréditation (ci-dessus)… toujours flatteuses ces photos ! Continue reading

Acheter local, en photographie?

3

Acheter local, en photographie?

Par Sébastien Lavallée

Acheter local, en photo ? Infocale.ca, Appareil photo, dans l'herbe, devant un jardin. (© Infocale, 2010)

Les locavores, vous connaissez ?  Il s’agit d’une attitude écologique où l’on ne consomme que ce qui a été produit à un maximum de 250 km de notre lieu de résidence.* Maintenant, comment serait-il possible d’appliquer ce concept aux habitudes de consommation photographique ? Très peu de matériel photo est produit en Amérique du nord, cela est indéniable. Cependant, il est possible de privilégier les achats à proximité de son domicile malgré tout.

* Si cela vous intéresse, d’ailleurs, jetez un coup d’œil au site web du Marché de Solidarité Régionale de l’Outaouais (MSRO). On commande en ligne, la cueillette se fait aux deux semaines et les produits offerts sont excellents ! Continue reading

Mariage

7

Mariage: Christine et Pete

Christine et Pete, Séance pré-mariage, Ottawa, Juillet 2010 (©  Sébastien Lavallée, 2010)

(© Sébastien Lavallée, 2010)

Je ne fais pas beaucoup de mariages. Pas que je n’aime pas ce type de photographie: j’ai souvent (et je ferai encore dans le futur) assisté ou agi à titre de deuxième photographe lors de mariages pour des amis/photographes comme Claude Brazeau, Sébastien D’Amour et Nathalie Lauzon, mais bien parce que je considère que pour devenir un photographe de mariage hors du commun, il faut s’y consacrer à temps plein, s’y dédier entièrement. J’aime toutefois beaucoup ce type d’événement: on peut vraiment en ressortir avec de petits bijoux photographiques ! J’en fais alors quelques uns par année, selon la demande. Le prochain est celui de Christine et Pete, en août. Un couple sympathique avec un regard artistique très intéressant ! Une perle pour un photographe comme moi ! Nous avons fait leur séance pré-mariage au centre-ville d’Ottawa. Continue reading