Alpaquoi? : portrait d’une éleveuse d’alpagas

2

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

«Les vétérinaires n’y connaissent rien, ils ne peuvent pas t’aider quand l’une de tes bêtes tombe malade!» À ces mots, il est facile de saisir l’amour presque maternel que voue Diane Feinberg à sa vingtaine d’alpagas. Il suffit d’un simple son inhabituel et accourre : lorsqu’il est question de ses bêtes, cela suffit à couper court à la conversation. Cela est d’autant plus vrai depuis que sa petite première, une femelle qu’elle nomma Annabelle, s’est remise d’une difficile maladie et a tout de même donné naissance à un petit en 2008 : «Il a toutes les chances de gagner des prix comme sa mère!», dit-elle avec fierté.

C’est cette première acquisition qui contribue à développer chez Mme Feinberg cet amour inconditionnel pour cet animal particulier : « Au départ, je voulais héberger Annabelle sur sa ferme d’origine, mais je voulais pouvoir la voir chaque matin alors j’ai ouvert ma propre ferme.» Son «poste de télévision favori» : une diffusion en continu et en direct de la grange où dorment ses bêtes, question de pouvoir vérifier l’état des lieux sans sortir de chez elle. L’une de ses nouvelles venues de la portée 2008 porte même le nom de Vana White, pour sa couleur, mais rappelant aussi l’hôtesse de Wheel of fortune du même nom.

Toute discussion entamée avec Mme Feinberg est nécessairement interrompue par ses nombreux petits: l’un qui s’approche pour nous saluer, l’autre qui, après avoir titillé la patience d’un compatriote en lui mordant gentiment les pattes, s’enfuit dans un bond. L’ attachement de la propriétaire pour ses bêtes se fait ressentir même dans son service après-vente : « Je ne suis pas dans ce business seulement pour l’argent! Je suis toujours prête à aider les gens qui achètent un animal chez nous.»

-30-

Lien : Alpaga Illimité

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

2 thoughts on “Alpaquoi? : portrait d’une éleveuse d’alpagas

  1. Lynda Chouinard

    Je veux te dire que les photos que tu as prises donne juste envie d’aimer ces bêtes. J’ai fait le triathlon de Smithfalls 2 fois et il y a un éleveur sur le trajet de vélo, les deux fois j’ai pris le temps de regarder ces belles bêtes et elles semblaient se demander pourquoi il y avait tant d’idiots à vélo ce matin là.

  2. slavallee

    Merci pour le commentaire Lynda… et aussi pour l’anecdote! C’est vrai que c’est difficile de résister: ils ne sont pas farouche du tout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *